Quelques mots d'un adhérent

Dans un premier temps, cela a commencé en tant que passager. J'ai eu l'occasion, plusieurs fois, avec des amis, de monter dans le "ti-train" pour faire, par ce ludique moyen de locomotion, "la balade" au milieu des champs de canne, "ti-train" n'étant pas un terme péjoratif, mais plutôt affectif.

Au fur et à mesure de ces petits voyages, j'ai constaté l'amélioration constante de ceux-ci, liés, en particulier, aux accompagnateurs qui traçaient à cette occasion l'historique des trains de la canne à sucre et nous renseignaient agréablement sur la flore de la Martinique, non seulement par le nom des plantes, mais aussi, pour certaines d'entre-elles, sur leurs vertus médicales ou leur intérêt économique. Cette façon de satisfaire la curiosité des passagers change radicalement avec le simple trajet aller et retour sans autre forme que la contemplation plein d'interrogation que nous avions avant.

 

Puis, un jour, descendant de ce "ti-train", un monsieur "des services "ti-train" est venu me demander si je voulais adhérer à leur association. (mon repérage avait déjà été fait par un ami, lui-même adhérent depuis quelques années).

Je suis donc devenu moi-même adhérent de l'association des RAILS DE LA CANNE A SUCRE, dont je l'avoue, je n'avais pas du tout perçu la charge de travail lié à l'organisation qu'il faut pour préserver, compte tenu en particulier du climat tropical, la pérennité des ouvrages, des matériels, en passant bien entendu, par un souci constant de garantir une sécurité maximale pour les passagers.

Toutes ces tâches étant accomplies par les adhérents.

Cette association est indépendante, autonome, composée de plusieurs dizaines d'adhérents parmi lesquels des "adhérents actifs", bien entendu bénévoles.

Des travaux étant prévus, je me suis porté volontaire pour compter dans les adhérents actifs. Aie, Aie, Aie........

 

Remplacement pour une partie de la voie ferrée des traverses en bois défectueuses par des traverses en béton (17O).

Déboulonnage des traverses, soulèvement de parties de rails, parfois, pivotement du rail pour raison d'usure, nouvelles traverses béton mises en place, reboulonnage, vérifications.

Tout cela accompli avec des matériels qui sont à des années-lumière des moyens modernes employés par la S.N.C.F. ou la R.A.T.P.

Ce genre de travaux demande à chacun beaucoup d'énergie et sueur (maillot et casquette), mais ceux-ci se déroulant dans une  super ambiance conviviale avec des gens compétents, plein d'indulgence et de gentillesse, car vous vous en doutez, je n'y connaissais strictement rien en voie ferrée.

 

Dans le même temps, il ne faut surtout pas oublier les mécanos, qui par leur expérience professionnelle particulière, se chargent de l'ensemble de ce qui est purement mécanique au sein du "ti-train". Moteur des locos tracteurs entre autre, ce qui n'est pas une mince affaire.

C'est après avoir constaté, bien modestement, l'importance des moyens nécessaires à mettre en œuvre pour continuer de faire vivre ce "ti-train", que je me permets de dire qu'il serait magnifique si d'autres adhérents, en fonction de leur possibilité, devenaient des "adhérents actifs", le noyau dur des actuels actifs me semblant insuffisant pour les nombreuses tâches à accomplir, et pas seulement celles rapidement citées ci-dessus.

 

Cette association, en fait, une véritable entreprise, dont le bureau, Président, Trésorier, Secrétaire, entouré de tous ses adhérents, assure la pérennité du "ti-train" est reconnue dans cette belle Martinique comme une étape touristique incontournable. De plus, elle est complémentaire de la distillerie SAINT JAMES qui par ses rhums réputés et sa magnifique mise en valeur a acquis depuis très longtemps une réputation mondiale. Cette complémentarité doit continuer à attirer un nombre de touristes toujours plus important. Ainsi les visiteurs pourront se souvenir de la découverte d'une partie de celle île, qui leur laissera j'en suis sûr, visuellement, oralement et gustativement beaucoup de plaisir.  


Auteur : G.ALIN